Beau succès pour les premières rencontres thématiques du C.M.P.P. Acodège

Le Centre Médico-Psycho-Pédagogique de l’Acodège et le Groupe Bourgogne/Champagne/Franche-Comté de la Société Psychanalytique de Paris (SPP) ont organisé une matinée de conférences, rassemblant plus de cent professionnels de plusieurs régions, à l’amphithéâtre de « Sciences Po Dijon » le samedi 8 octobre sur le thème du « Psychodrame Psychanalytique ».

photo-8-octobre

A cette occasion Elisabeth Birot, Membre Titulaire Formateur de la SPP, a présenté une communication intitulée « Jeu psychique et transitionnalité au psychodrame » tandis que Gérard Bayle, Membre titulaire formateur de la SPP, a parlé du « Psychodrame psychanalytique à l’entrée dans l’adolescence ». Une discussion, animée par Geneviève Veuriot-Dalliet et Jean-Pierre Veuriot, tous deux également Membres Titulaires Formateurs de la Société Psychanalytique de Paris, s’en est suivie. Cette matinée de travail et d’échanges a permis d’insister sur la place essentielle qu’occupe, aujourd’hui comme hier, le psychodrame psychanalytique parmi l’ensemble des dispositifs thérapeutiques.

Introduite dans l’immédiat après-guerre par des psychanalystes d’enfants, cette pratique qui utilise la forme théâtrale (en dehors de tout effet spectaculaire) et qui accorde au corps, au geste, à tous les langages de l’être humain ainsi qu’à la dynamique de groupe une grande importance, demeure un espace précieux de jeu au service du traitement de troubles psychiques qui, autrement, risqueraient de demeurer inaccessibles à la psychothérapie. Mobilisant une équipe (meneur de jeu et cothérapeutes) qui se met au service du ou des patients (selon qu’il s’agit d’un psychodrame individuel ou d’un psychodrame de groupe), le psychodrame psychanalytique s’adresse volontiers à des adolescents, mais aussi à des enfants ou des adultes. Il s’avère particulièrement utile lorsque le sujet est en difficulté d’expression et de représentation. Le psychodrame psychanalytique permet au mieux, par sa forme (le jeu), son cadre (séances généralement d’une demi-heure, jour et heure fixes, bureau toujours le même) et les principes qui le gouvernent (caractère allusif du jeu, libre association, interprétation dans la dynamique du transfert) un travail de figuration, de symbolisation, de qualification des affects et de subjectivation nécessaires à la vie psychique.

 

Cette matinée aura donc permis d’engager avec les orateurs une réflexion fertile sur l’actualité de la pratique psychodramatique. Le Centre médico-psycho-pédagogique de l’Acodège, en association avec le Groupe Bourgogne/Champagne/ Franche-Comté de la Société Psychanalytique de Paris, et en présence d’un nombreux public, tenait donc ainsi ses « Premières Rencontres Thématiques » qui devraient, dès l’année prochaine, à la même époque, céder la place aux « Deuxièmes Rencontres Thématiques » sur le thème de  la pratique psychanalytique et du rêve.